accueil > Enfance > Maison d’enfants et foyer pour adolescents > Maison d’enfants Shatta et Bouli Simon à Laversine

Maison d’enfants Shatta et Bouli Simon à Laversine

maison d enfants laversine

Maison d’enfants de Laversine Shatta et Bouli Simon
Château de Laversine
1-3, rue du Hameau des Haies 60 740 Saint-Maximin
Tél : 03 44 25 41 99
Mail : laversine@ose-france.org

Missions
La maison d’enfants Shatta et Bouli Simon accueille et prend en charge dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance des enfants en grande difficulté. Elle est à la fois profondément ancrée dans la  communauté juive et très ouverte, en particulier aux mineurs étrangers, rapatriés, demandeurs d’asile et ce, depuis les années 80. Le site sur lequel elle est implantée offre de multiples  opportunités éducatives : terrains de sport, classes de soutien scolaire pour les enfants rejetés du système éducatif… Le voisinage avec un lycée professionnel permet d’envisager des partenariats pour l’apprentissage et la formation professionnelle des jeunes.

 
Caractéristiques
Située à Saint Maximin, dans le département de l’Oise (près de Chantilly), la Maison d’enfants de Laversine est intégrée à l’OSE depuis le 1er janvier 2014. L’Association Maison d’Enfants (AME),  qui gérait la maison d’enfants depuis 1951, s’est rapprochée de l’OSE dès mars 2012. Les deux associations partagent une histoire commune, celle du sauvetage d’enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

 
Public
La maison d’enfants Shatta et Bouli Simon prend en charge 36 enfants, filles et garçons, âgés de 7 ans à 21 ans , originaires de l’Oise et de l’ensemble du territoire national.

 

Shatta (1910-2003) et Bouli Simon (1905-1993)
Résistants, membres des Eclaireurs Israélites de France, Shatta et Edouard (Bouli) Simon ont dirigé, pendant la Seconde Guerre mondiale, la maison d’enfants de Moissac (Tarn-et-Garonne).  Ouverte en décembre 1939, elle a abrité des centaines d’enfants juifs sauvés de la déportation. En 1951, elle est transférée de Moissac à Laversine (Oise), où le couple poursuit sa mission d’aide à  l’enfance en difficulté jusqu’en 1993.