Notre histoire

Une volonté d’aide au plus grand nombre

Association juive créée le 28 octobre 1912, l’OSE place ses actions au service des valeurs humaines fondamentales.
Reconnue pour le sauvetage héroïque de plus de 5 000 enfants durant la Seconde Guerre mondiale puis l’accueil des enfants survivants des camps, l’OSE prend en charge dans les années 1960, les enfants rapatriés d’Egypte, d’Afrique du Nord et leurs familles.

En France, l’OSE est reconnue d’utilité publique en 1951. Aujourd’hui, l’OSE diversifie ses actions et se déploie.

Près d’un siècle après sa création, l’OSE réunit 730 salariés et plus de 150 bénévoles.
L’association continue d’exercer sa mission d’aide médico-sociale autour de cinq grands pôles : l’enfance, la santé, le handicap, la dépendance et la mémoire.

L’association développe ses actions dans le respect des valeurs humanistes juives et de la laïcité républicaine.

En 2012, l’OSE a célébré les 100 ans de sa création par des médecins juifs de Saint-Pétersbourg.


L’OSE en chiffres

L’OSE, c’est 34 établissements et services, et chaque année :

• 50 000 consultations dans ses centres de santé,
• Plus de 1 500 enfants accompagnés,
• Près de 200 enfants et adultes handicapés et polyhandicapés accueillis,
• Plus de 400 familles accompagnées face à la maladie d’Alzheimer,
• Près de 400 survivants de la Shoah accompagnés.

 

L’OSE et ses agréments

–  En 1951, l’OSE est reconnue d’utilité publique

–  Au 1er février 2011, l’OSE est la seule association du monde juif agréée par le Comité de la Charte du Don en Confiance. Cet agrément a été renouvelé en avril 2016.

Cet organisme indépendant atteste la rigueur de gestion, la transparence financière et la qualité de la communication et des actions de collecte des associations qu’il agrée.

–  Les séjours thérapeutiques de l’OSE ont été récompensés par le Prix Coup de Cœur des « Initiatives de la Bientraitance » en 2010 dans le cadre du Plan national Alzheimer.

–  En 2011, l’OSE signe une convention avec la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie dans le cadre du Plan national Alzheimer