Torches of memory in Yad Vashem: Fanny Ben-Ami pays tribute to the OSE.

In Jerusalem, among the six Holocaust survivors chosen by Yad Vashem to light torches in memory of the six million Jews murdered during the Shoah, Fanny Ben-Ami testifies.

 

 

 

___________________________________________

 

 

 

 

Fanny Ben-Ami was born on March 19, 1930, in Baden-Baden, Germany.

After Hitler came to power, her parents Erik-Hirsch and Yohanna-Hannah Eyal left for Paris with their children. A few days before the outbreak of the Second World War, her father was arrested and detained in a political camp, and her mother was sent to city of Limoges. Fanny and her sisters were then placed by OSE at the castle of Chaumont, in the Creuse region, in November 1939.

In July 1942, after a denunciation, the children of the orphanage were scattered: Erika and Georgette were placed in other children’s homes, while Fanny joined her aunt Rosa. She then took her first steps in the resistance in the Alps.

After listening to the phone calls of a local businessman, she would warn of a raid planned by the Germans. At the end of 1943, she took the helm of a group of children that OSE wanted to smuggle into Switzerland. Fanny’s parents died in deportation in Auschwitz and Lublin.

Fanny refused to receive the French Legion of Honor for her participation in the resistance. She immigrated to Israel in 1956 where she met her husband Benyamin Z”l. They had two children and six grandchildren.

 

 

Jour du Souvenir à la grande synagogue de la Victoire.

Dimanche 22 septembre, à l’initiative de Joël Mergui, Président du Consistoire de Paris, de Haïm Korsia, Grand Rabbin de France, et de Michel Guggenheim, Grand Rabbin de Paris, s’est tenue la cérémonie à la mémoire des déportés et des victimes de la Shoah à la grande synagogue de la Victoire.

Patricia Sitruk, Directrice générale de l’OSE, a assisté à cette cérémonie qui se déroule chaque année une semaine avant Roch Hachana, le nouvel an juif, en présence de Gérard Larcher Président du Sénat, Christophe Castaner Ministre de l’Intérieur, de nombreux élus, de représentants des cultes et d’anciens déportés.

On retiendra de cette cérémonie émouvante, la présence d’Elie Buzyn ancien enfant de l’OSE accompagné de ses petits-enfants qui ont lu un extrait de son ouvrage « J’avais 15 ans, vivre, survivre, revivre » et celle de Ginette Kolinka témoignant de son combat contre la haine et pour la tolérance « transmettre pour faire réfléchir, pas pour faire pleurer ».

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vive les 1ères Maccabiades Georges Loinger !

Par un temps agréable et ensoleillé, se sont tenues le dimanche 30 juin au Château de Laversine les 1ères Maccabiades Georges Loinger de l’OSE.

 

 

 

 

Événement  à la fois sportif et festif, ces Maccabiades rendent hommage à l’immense héros que fut Georges Loinger, mais aussi à l’éducateur et au sportif de haut niveau qu’il incarna.

L’évènement fut officiellement lancé par Patricia Sitruk, Directrice général de l’OSE et Tamar Jacobs, nièce de Georges Loinger, en présence d’Isaac Touitou, Directeur adjoint d’ORT France, institution fidèle partenaire de l’OSE dans sa mission éducative.

Après un déjeuner en plein air, c’est ainsi que plus de 150 enfants venant des maisons et services de l’OSE – accompagnés de leurs éducateurs  – se sont confrontés par équipes dans diverses disciplines : football, basketball, course de vitesse, tir à la corde…

Les épreuves sportives achevées, passe à la remise des coupes et des médailles, en présence du Grand Rabbin de France Haïm Korsia, venu féliciter les jeunes et les adultes.

Ces 1ère Maccabiades  se sont clôturées par un gouter géant à l’ombre du château (délicieux gâteaux, glaces…), pour le plaisir de tous !

Un grand bravo à l’équipe de la Maison d’enfants de Laversine pour leur accueil et l’organisation de ce bel événement, ainsi qu’à Jacky Krief, pour son animation.

 

Et à l’année prochaine pour les 2ème Maccabiades Georges Loinger !

 

Revivez cette première édition en images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Devenir les témoins des témoins : l’Amicale des anciens de l’OSE rencontre des jeunes lycéens.

Un groupe d’élèves de classe de 1ère du lycée Alain, au Vésinet, a rencontré mercredi 19 juin, des membres de l’Amicale des Anciens de l’OSE.

 

 

 

 

Cette rencontre a permis aux jeunes d’évoquer le voyage de mémoire à Auschwitz qu’ils ont effectué en novembre 2018 et d’interroger les Anciens de l’OSE sur leur parcours pendant la guerre.

Plus de 70 ans séparent les jeunes d’aujourd’hui des enfants d’hier, mais un dialogue dense et chaleureux s’est créé. Les histoires des uns résonnent dans la vie des autres, et les jeunes deviennent simplement, sans presque s’en rendre compte les témoins des témoins.

Hommage à Nathan Khaiat, ancien Directeur général de l’OSE décédé le vendredi 7 juin 2019.

 


 

 

Nous avons appris avec une grande tristesse le décès de Nathan Khaiat, le vendredi 7 juin 2019.

Nous transmettons nos pensées les plus chaleureuses à tous les siens dont Arié Flack Vice-président de l’OSE et neveu de Nathan Khaiat.

Nathan Khaiat a effectué la quasi-totalité de sa carrière à l’OSE comme éducateur, directeur de Maison d’enfants et directeur général.

Son beau parcours et la force de ses engagements ont marqué l’histoire de l’OSE.

 

En hommage à Nathan, nous partageons ici avec vous une intervention de ce dernier réalisée en 1992 à la Direction Régionale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse : « La personnalité de l’individu au travers de son identité ». Un texte riche venant témoigner de la force de son engagement.

 
 

L’OSE et le MEDEM organisent une journée commémorative au Mesnil-le-Roi.

Une commémoration a eu lieu le dimanche 12 mai au Mesnil-le-Roi où une plaque en mémoire des quatre maisons d’enfants a été dévoilée à la maison “Champfleur”.

 

En présence du Maire du Mesnil-le-Roi, des présidents de l’OSE, du MEDEM et de la Croix Rouge, les anciens enfants venus nombreux dont certains du Canada et d’Israël, ont témoigné avec beaucoup d’émotion de leur accueil après-guerre et de leur éducation dans ces Maisons d’enfants.

 

 

 

Suzanne, Paul, Albert, Georges et Albert, anciens enfants des Maisons de l’OSE et du MEDEM dévoilent la plaque commémorative.

 
Ces 4 maisons d’enfants ont été créées par l’OSE et le Cercle Amical-Arbeter Ring après la guerre pour les survivants de la Shoah : Champsfleur, India home de l’OSE puis Morris Zigman de l’Arbeter Ring (aujourd’hui un Ephad de la Croix Rouge), Les Charmilles, de l’OSE, Les Glycines, de l’OSE, Shloime Mendelsohn, de l’Arbeter Ring.
 

Enfants de la maison Les Glycines, tenue par l’OSE.

 

 

 

Des collégiennes d’un établissement de la ville lisent des extraits du journal des enfants des Maisons.

 

La Fondation pour la Mémoire de la Shoah a soutenu cette journée d’hommages.

 

Cérémonies du 8 Mai 1945 à Annemasse en l’honneur de Georges Loinger.

A l’occasion des cérémonies de commémoration du 8 Mai 1945, la ville d’Annemasse a souhaité organiser un hommage à Georges Loinger, décédé le 28 décembre 2018, héros de la Résistance et du sauvetage des enfants juifs vers la Suisse.

 

 


 

 

Une journée riche en émotions en présence de Daniel fils de Georges Loinger, de Tamar sa nièce et de Jean François Guthmann Président de l’OSE. Christian Dupessey  Maire d’Annemasse a dévoilé la plaque en souvenir de Georges Loinger et a remis à son fils la Médaille de citoyen d’honneur pour l’action héroïque de son père.

 

 


 

 

 


 

 

Pose d’une plaque commémorative à la Maison d’enfants La Forêt à Fontainebleau, dimanche 5 mai

Préfet, élus, Grand Rabbin de France, responsables communautaires de Fontainebleau se sont réunis autour des représentants de l’OSE et des anciens enfants survivants de la Shoah, pour le dévoilement d’une plaque en mémoire de la Maison d’enfants, qui a accueilli de 1945 à 1959 des orphelins de la Shoah ou des enfants revenus de déportation.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Service Archives & Histoire

 

Flambeaux de la mémoire à Yad Vashem : Fanny Ben-Ami rend hommage à l’OSE.

Yom HaShoah 2019 : à Jérusalem parmi les six rescapés de la Shoah choisis par Yad Vashem pour allumer six flambeaux en mémoire des six millions de Juifs assassinés pendant la Shoah, Fanny Ben-Ami témoigne.

 


 

 

___________________________________________

 


 

 

Fanny Ben-Ami voit le jour le 19 mars 1930 à Baden-Baden, en Allemagne.

Quand Hitler accède au pouvoir, ses parents Erik-Hirsch et Yohanna-Hannah Eyal partent pour Paris avec leurs enfants. Quelques jours avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, son père est arrêté et enfermé dans un camp politique, puis sa mère est envoyée à Limoges. Fanny et ses sœurs sont alors placées par l’OSE au château de Chaumont, dans la Creuse, en novembre 1939.

En juillet 1942, sur dénonciation, les enfants de l’orphelinat sont dispersés : Erika et Georgette sont placées dans d’autres maisons d’enfants, Fanny rejoint sa tante Rosa. Elle fait alors ses premiers pas dans la résistance dans les Alpes.

Après avoir écouté les appels téléphoniques d’un homme d’affaires local, elle prévient d’un raid prévu par les Allemands. Fin 1943, elle prend la tête d’un groupe d’enfants que l’OSE veut faire passer clandestinement en Suisse.

Les parents de Fanny sont morts en déportation, à Auschwitz et à Lublin.

Fanny refusera la Légion d’honneur française pour son travail dans la résistance. Elle immigre en Israël en 1956 où elle rencontre son mari Benyamin z”l. Ils ont eu deux enfants et six petits-enfants.

 

Service Archives & Histoire de l’OSE