Lancement du réseau de recherche sur le racisme et l’antisémitisme (RRA).

Hier mercredi 20 novembre à Lille, en présence de Patricia Sitruk, Directrice générale de l’OSE, à la Maison européenne des sciences de l’Homme et de la société, a été lancé le Réseau de Recherche sur le Racisme et l’Antisémitisme (RRA).

Ce réseau de recherche sur le Racisme et l’Antisémitisme est une structure contractuelle de recherche portée administrativement par l’Université de Picardie – Jules Verne.

Une initiative de Céline MASSON – Clinicienne à l’OSE, professeure des universités, Université de Picardie Jules Verne, référente racisme et antisémitisme ; Isabelle DE MECQUENEM – membre du Conseil des sages de la laïcité, professeure agrégée en INSPE, Université de Reims-Champagne Ardenne, référente racisme et antisémitisme ; Martine BENOIT – professeure des Universités, Université de Lille, directrice de la MESHS, référente racisme et antisémitisme.

 

 

Soutenu par la DILCRAH et le Délégué interministériel, Frederic Potier y était présent.

Il associe, pour le premier contrat 2019, huit universités françaises ainsi que des associations de lutte contre le racisme et l’antisémitisme qui exercent une mission citoyenne et un travail socio-éducatif de proximité. Une centaine de chercheurs et partenaires ont rejoint le RRA.

Le projet fédératif de recherche a pour but le renouvellement des apports de la recherche sur le racisme et l’antisémitisme.

À compter de janvier 2020, l’OSE sera membre du réseau.

Un nouveau partenariat entre l’OSE et la DILCRAH.

L’OSE sollicitée par la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la haine anti-LGBT) a proposé deux sessions d’information et de formation sur les psycho traumatismes liés aux actes et discours racistes et antisémites.

La 1ère intervention de l’Unité Psychotrauma & Résilience (UPR) de l’OSE s’est déroulée le 19 septembre à l’occasion d’un séminaire réunissant toute l’équipe de la DILCRAH dont son président Frédéric Potier. Le docteur Marie Boussaud, psychiatre des armées, membre de l’UPR depuis janvier 2015, et le docteur Aviva Meimoun coordonnatrice de l’Unité Psycho trauma & Résilience de l’OSE ont dressé les grandes caractéristiques du psycho traumatisme et les modalités de prise en charges des victimes.

Le 26 septembre, c’est devant des policiers et gendarmes conviés à une formation sur les délits et crimes de haine, que sont intervenues Julie Benoilid et Danielle Benouaïch, psychologues cliniciennes membres de l’UPR.

 

 

>> L’Unité psycho traumatisme et résilience de l’OSE :

Suite aux évènements dramatiques du mois de janvier 2015, l’Unité Psychotrauma et Résilience a été créée au sein du centre de santé de l’OSE. Les psychiatres et psychologues formés aux spécificités du psycho-trauma traitent et soutiennent les personnes confrontées à des agressions et des actes antisémites, et plus largement les communautés et leurs membres qui souffrent psychologiquement d’un sentiment d’insécurité lié à la montée des violences antisémites en France.

Outre les consultations individuelles, l’unité propose des séances d’information et des sessions de formation pour répondre aux demandes des institutions qui reçoivent des personnes vulnérables : élèves, enseignants, personnes âgées, survivants de la Shoah.

 

Renseignements :

4, rue Santerre – 75012 Paris

01 48 87 71 01

psy.cgl@ose-france.org