Cérémonie à la Mémoire des Martyrs de la déportation : pour que nul n’oublie !

Dimanche 13 septembre, la Cérémonie à la Mémoire des Martyrs de la déportation s’est déroulée à la Grande Synagogue de la Victoire en présence du Garde des Sceaux, du Ministre de l’Intérieur, de la Maire de Paris.

Anciens déportés, jeunes des mouvements de jeunesse, représentants des institutions juives, élus et représentants de l’État se sont recueillis autour du Président du consistoire, Joël Mergui, du Grand Rabbin de Paris, Michel Gugenheim, et du Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, en mémoire et en hommage aux martyrs de la Shoah.

 

Haïm Korsia évoquant la force de vie des Survivants Elie, Ginette, Milo et tous, a rappelé « […] ils sont notre famille, […] nous avons besoin d’eux pour maintenir le monde en alerte ».

 

26 janvier : fleurissement de la plaque à la mémoire des 64 habitants du 117 rue du Faubourg du Temple, déportés à Auschwitz en 1942-1943.

À l’occasion de la Journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité, la plaque à la mémoire des 64 habitants du 117 rue du Faubourg du Temple, déportés à Auschwitz en 1942-1943 parce que Juifs, a été fleurie.

À l’initiative du COMEJD (Conseil National pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés), cette cérémonie s’est déroulée au siège de l’OSE en présence d’Alexandra Cordebard, Maire du 10ème arrondissement, accompagnée de plusieurs élus, de Jean-François Guthmann, Président de l’OSE et de Patricia Sitruk, Directrice générale.

Intervenant dans le contexte de la commémoration du 75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz, cette cérémonie a donné lieu à la lecture des noms des 64 habitants disparus, dont plusieurs enfants. Dans leurs discours, les intervenants ont insisté sur l’importance de la transmission de la mémoire et la promotion des valeurs universelles d’accueil et d’ouverture à l’autre. La cérémonie s’est clôturée par un commentaire assuré par Katy Hazan, historienne de l’OSE, de la fresque consacrée aux hommes et aux femmes ayant participé, au sein et aux côtés de notre association, au sauvetage des enfants juifs pendant la seconde guerre mondiale.

En savoir plus sur la mémoire à l’OSE.

Auschwitz

 

Auschwitz

 

 

 

 

 

Membre de l’Amicale des Anciens de l’OSE, Armand Bulwa publie ses mémoires.

(©️ afp.com/Bertrand Guay, « Armand Bulwa à Paris le 8 janvier 2020 »)

Ancien buchenwaldien recueillis par l’OSE au sortir de la guerre en mai 1945, Armand Bulwa publie aujourd’hui ses mémoires aux éditions de L’Archipel : « Après le bois de Hêtres ».

 

 

Engagé de longue date dans la préservation et la transmission de la mémoire, Armand Bulwa n’a eu de cesse de témoigner sur la Shoah et son histoire personnelle auprès de nombreuses institutions, notamment à l’école et auprès des jeunes générations pour qui le devoir de mémoire est essentiel.

Membre actif et pilier de notre Amicale des Anciens, Armand Bulwa témoigne depuis de nombreuses années de sa reconnaissance à l’OSE pour son engagement dans la prise en charge et l’accompagnement des enfants déportés puis internés au camp de Buchenwald.

 

 

Extrait de « Après le bois de Hêtres », aux éditions L’Archipel :

« En janvier 1945, au cœur d’un hiver très dur, les nazis prirent la décision d’évacuer le camp de Częstochowa. Nous avons dû embarquer dans des wagons à bestiaux. Dehors, on hurlait des ordres. Nous échangions des regards affolés, chargés d’incompréhension, tandis que nous parvenait le bruit des bombardements soviétiques, source d’angoisse autant que d’espoir.

Après quatre jours de ce voyage terrifiant, la moitié d’entre nous avait péri en route. Les portes se sont ouvertes sur un paysage de neige, une colline au cœur d’un bois de hêtres : Buchenwald. J’ai reçu le numéro 116.536. J’ai enfilé la chemise et le pantalon rayés. Mais je n’avais pas de ceinture pour le faire tenir… ».

Armand BULWA

 

 

En savoir plus sur la mémoire à l’OSE.

 

Célébration du 75ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau.

70 salariés de l’OSE ont participé ce dimanche 12 janvier à un voyage de la mémoire à Auschwitz-Birkenau

Organisé par le Mémorial de la Shoah, en partenariat avec le CRIF, ce voyage se tenait à quelques jours des célébrations du 75eme anniversaire de la libération du camp, en présence de Jean-François Guthmann, Président de l’OSE et de Patricia Sitruk, Directrice générale. 

La journée fut consacrée à la visite des principaux lieux de concentration et d’extermination, où fut perpétré le crime génocidaire.

Accompagnaient ce voyage Ginette Kolinka et Esther Sénot, survivantes du camp d’Auschwitz-Birkenau.

La journée s’est clôturée par une très émouvante cérémonie d’hommage aux 6 millions de Juifs victimes de la Shoah et à toutes les victimes de la barbarie nazie.

Auschwitz-Birkenau 2

 

 

En savoir plus sur la mémoire à l’OSE.

Devenir les témoins des témoins : l’Amicale des anciens de l’OSE rencontre des jeunes lycéens.

Un groupe d’élèves de classe de 1ère du lycée Alain, au Vésinet, a rencontré mercredi 19 juin, des membres de l’Amicale des Anciens de l’OSE.

 

 

Cette rencontre a permis aux jeunes d’évoquer le voyage de mémoire à Auschwitz qu’ils ont effectué en novembre 2018 et d’interroger les Anciens de l’OSE sur leur parcours pendant la guerre.

Plus de 70 ans séparent les jeunes d’aujourd’hui des enfants d’hier, mais un dialogue dense et chaleureux s’est créé. Les histoires des uns résonnent dans la vie des autres, et les jeunes deviennent simplement, sans presque s’en rendre compte les témoins des témoins.

Exposition virtuelle de maisons d’enfants de l’OSE au mémorial de Yad Vashem

yad vashem gd

Le mémorial israélien de Yad Vashem consacre sur son site internet une exposition virtuelle sur 3 maisons d’enfants de l’OSE qui ont cachés des jeunes juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, intitulée « Foyers d’enfants en France pendant la Shoah ».

>>>Voir l’exposition virtuelle 

>>> Voir l’article (en français) parue dans la revue de Yad Vashem 

A travers des photographies d’époque, cette exposition retrace l’histoire de la maison de Chamonix, la maison d’Izieu et la maison de Chabannes.

L’OSE est très fière que cette institution mette en avant le travail de ces femmes et ces hommes juifs et non juifs qui se sont engagées dans la clandestinités auprès de l’OSE, et d’autres institutions, pour tenter de sauver des enfants juifs menacés de déportation.

Aujourd’hui, l’OSE gère 6 maisons d’enfants à caractère social (ou foyer pour adolescents). Ces placements  visent une prise en charge globale de l’enfant ou de l’adolescent afin qu’il se (re)construise.

Plus d’informations en cliquant ici

Katy Hazan intervient à la conférence-débat du 10 mai à la mairie du 3è

IMG_1297

Katy Hazan, historienne de l’OSE, interviendra le 10 mai lors de l’après-midi de conférence-débat autour de 4 thèmes : la déportation, la résistance juive, les Justes et la transmission.

Cette conférence est organisée par l’association Les Enfants et Amis Abadi dans le cadre de la Commémoration du souvenir de la déportation.

Entrée libre

 

Mardi 10 mai de 14h à 19h30

 

Mairie du 3e
2 rue Eugène Spuller
75003 PARIS

affiche conf mairie 3è

8 octobre : François Hollande découvre l’exposition « Sauver les enfants » de l’OSE au Camp des Milles

francois_hollande_camp_des_mille_2015.jpg w=592&h=343

En visite au Camp des Milles, François Hollande est accueilli par l’OSE devant l’exposition d’ouverture « Sauvez les enfants ».

Le président de la République a visité le 8 octobre le Site-mémorial du Camp des Milles.
Jean-François Guthmann, Président de l’OSE  et Patricia Sitruk Directrice générale, l’ont accueilli devant l’exposition  » Sauver les enfants, 1938-1945″ de l’OSE aux côtés de Serge Klarsfeld.

JFGPS

Jean-François Guthmann a présenté à François Hollande le passé héroïque de l’association et son engagement de solidarité aujourd’hui sur toutes les questions sociales.

Le président de la République était en compagnie d’Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. A cette occasion, ils ont installé la chaire universitaire Unesco « La mémoire au service de l’humanisme », qui sera dirigée par Alain Chouraqui, chercheur au CNRS et président de la Fondation du Camp des Milles.

Le Camp des Milles est le dernier camp d’internement et de déportation français, qui, après un travail de restauration important, a ouvert ses portes au public en septembre 2012. Il s’agit du seul grand camp français d’internement et de déportation encore intact et accessible au public. Le site-mémorial est résolument tourné vers la jeunesse, avec l’éducation au cœur de son projet.

L’exposition « Sauver les enfants, 1938-1945 » réalisée par l’OSE et présentée au public depuis le 21 juillet 2014, introduit de manière permanente le parcours muséographique du site-mémorial.

Elle retrace le parcours de dix enfants juifs sauvés par l’OSE pendant la Seconde Guerre mondiale, depuis leur vie d’avant jusqu’à la cassure de la guerre, la séparation d’avec leurs parents, leur périple de refuge en lieux de cache et enfin, à la Libération, leur retour progressif à une vie normale, à jamais transformée.