#Enough: the call for unity against antisemitism!

 


 

Political parties call for mobilization against Anti-Semitism: « Anti-Semitic acts have dramatically increased during the year 2018. That’s enough!

Antisemitism is not an opinion, but a crime.

It is once again an incitement to murder. Ilan Halimi, the children of the Ozar Hatorah school in Toulouse, the victims of the HyperCacher store, Sarah Halimi, Mireille Knoll, all were murdered, sometimes tortured, because they were Jews. That’s enough!

We are all concerned. Anti-Semitism is not the business of the Jews. It is the business of the whole nation.

We bring different orientations to the public debate, but we have the Republic in common. And we will never accept the trivialization of hatred. That is why we called on all French people to gather in all cities of France to say together: NO, anti-Semitism has no place in France! » « 

A large gathering was organized in Paris, Place de la République on February 19th 2019.

 


 

Semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme : l’OSE s’engage

Comme chaque année depuis 2015, où la lutte contre le racisme et l’antisémitisme a été déclarée Grande cause nationale, les équipes professionnelles et les jeunes accueillis à l’OSE participent à la semaine d’Education contre le racisme et l’antisémitisme, du 19 au 26 mars. Trois thèmes seront explorés par les équipes éducatives de l’OSE à cette occasion.

 

1. La tradition et la fête, vecteurs de fraternité

L’histoire de la fête de Pourim relate la résistance  et la victoire contre la tentative de destruction du peuple juif. Cette fête joyeuse et conviviale est fêtée dans les différentes maisons de l’OSE, derrière les masques et les magnifiques déguisements, mais aussi en musique :

  • Le 8 mars à la maison Elie-Wiesel de Taverny en présence de l’association Lev Layeled qui avait invité le chanteur Renaud qui a marqué tous les convives par son humilité et sa disponibilité (voir l’article à ce sujet ici)
  • Le 15 mars à la Maison Eliane-Assa de Draveil, sur des airs de Klezmer et autres musiques traditionnelles, joués par les jeunes musiciens du conservatoire grâce à la Fondation « Live Music Now », avec la participation de l’association Lev Layeled et de J’OSE
  • Et cette semaine encore au foyer Ensemble de Saint-Germain en Laye et à la maison de Laversine et de Luzarches

 

 

2. L’histoire et la mémoire comme vecteur d’éducation à la citoyenneté

Les jeunes du centre socio-éducatif Fanny-Loinger de Créteil ont effectué une visite pédagogique du site-mémorial du Camp des Milles, seul camp français d’internement et de déportation encore intact et récemment accessible au public. Lieu citoyen, il a pour vocation de permettre à ses visiteurs de comprendre  les mécanismes et renforcer la vigilance et la responsabilité de chacun face au racisme, à l’antisémitisme, ainsi qu’aux dangers des extrémismes.

Les ateliers proposés aux adolescents visent à favoriser leur esprit critique et leur capacité de distanciation « c’est en étant éclairé par la connaissance et le passé que chacun pourra éviter, à son niveau, de se laisser entraîner un jour, dans l’ordinaire des vies quotidiennes, vers l’extraordinaire d’un crime de masse. Car ne rien faire, c’est laisser faire », résume la psychologue du centre qui accompagnait le groupe d’ados du centre de l’OSE.

 

3. L’art et la culture pour apprendre la tolérance

Une visite de la magnifique exposition « 21 rue La Boétie » au musée Maillol, riche d’enseignements et d’émotions pour un groupe de jeunes de plusieurs établissements et services de protection de l’enfance de l’OSE. Cette exposition fait revivre,  à travers sa collection d’art moderne, l’histoire du collectionneur Paul Rosenberg. Mêlant histoire de l’art, histoire sociale et politique, l’exposition met en lumière un moment crucial du XXe siècle, dont Paul Rosenberg a été un témoin emblématique, à la fois acteur et victime. En particulier, le sujet de la spoliation de ses biens, parce que juif, sera présenté aux jeunes.

 

En somme, une belle leçon et un message de vie pour ces jeunes, venus de divers horizons. L’OSE poursuit ainsi inlassablement son engagement en faveur de l’éducation contre le racisme et l’antisémitisme.

 

Appel à chercheur pour une thèse sur les « Résurgences contemporaines du racisme et de l’antisémitisme »

Le Centre de recherche Psychanalyse et médecine de l’Université Paris Diderot propose une allocation d’étude de 5000 euros pour un travail de recherche doctorale sur l’affaire de la pièce antisémite produite à l’université de La Rochelle et qui a alerté la presse en 2013 ainsi que la ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche (en 2013) Geneviève Fioraso : (« (…) un sujet qui touche aux valeurs républicaines » a-t-elle déclaré).

Un double cursus de psychologie et de sciences politiques (ou droit ou sociologie ou philosophie ou histoire) serait souhaitable. Le doctorant aura une fine connaissance de la psychanalyse et de son corpus. Ce projet analyse en effet les aspects psychologiques et rhétoriques d’une controverse qui est née à La Rochelle en 2013. Une large polémique s’en est suivie en France et à l’étranger.
La thèse se fera à l’Ecole doctorale de psychanalyse de l’Université Paris Diderot dirigée par Christian Hoffmann sous la direction de Céline Masson (directrice de recherche à l’université Paris Diderot). L’équipe de recherche sera également composée de Michel Goldberg et de Georges-Elia Sarfati.
Pour tous renseignements et poser votre candidature, veuillez vous adresser à :

Céline Masson : celine.masson@free.fr

Michel Goldberg : mgoldber@univ-lr.fr

Georges-Elia Sarfati : eliasarfati@hotmail.com

En envoyant une lettre de motivation ainsi qu’un CV.

Le livret de la pièce de théâtre ainsi que diverses analyses sont consultables sur le site :
https://sites.google.com/site/atelierecriturelarochelle/