Remise des médailles des justes à titre posthume, à René Borel

Lundi 16 avril 2012, 17h, au siège de l’OSE. Ce fut une belle cérémonie, très émouvante qui a démarré au son de la célèbre chanson de Jean Ferrat « Nuit et Brouillard ».  Monsieur Elad Ratson, Directeur des relations publiques de l’ambassade d’Israël en France, après un discours a remis la médaille et le diplôme décernés aux Justes parmi les Nations, à titre posthume, à René Borel, représenté par son fils Philippe Borel. Cet événement était organisé par l’OSE et le Comité Français pour Yad Vashem (représenté par les délégués Viviane Saül et Alain Habif).

René Borel, engagé dans les activités de l’OSE dès 1935, a joué, en effet, un rôle crucial au péril de sa vie au sein du réseau Garel (qui a sauvé de nombreux enfants pendant la guerre). Tous les  éléments vitaux du travail clandestin étaient concentrés entre ses mains : trésorerie, listes, correspondance avec l’étranger, documents secrets. Arrêté le 8 février 1944, avec tout le bureau de l’OSE, à Chambéry, lors d’une rafle organisée par Aloïs Brunner, il fut reconnu « aryen » et relâché. Philippe, le fils, visiblement très fier du courage et de l’héroïsme de son père, lui a rendu un vibrant hommage : « Pour mon père, l’OSE fut LA grande histoire de sa vie. C’est un monde qu’il a aimé profondément. Richesse des cultures, ouverture d’esprit, intelligence, simplicité, absence de prétentions : il avait trouvé là sa vraie famille, celle du cœur, celle de l’esprit. L’OSE ne l’a jamais abandonné. »

Cette cérémonie était exceptionnelle à plus d’un titre. C’est la première fois que l’OSE accueillait un événement de cette nature dans ses murs. C’est aussi une première du fait que cette distinction est  remise à quelqu’un qui n’a pas sauvé « nominalement » des juifs mais dont l’ensemble de l’action a contribué à le faire.

La cérémonie s’est clôt vers 18h30 par la lecture du poème « le badge », écrit par un ancien de l’OSE, venu en personne le réciter. Un autre moment très poignant.

A ce jour, 24 300 médailles dans 30 pays ont été attribuées.

Téléchargez le discours de Philippe Borel

ILS FONT L’OSE : Alain Violet, en charge des bénévoles

Nous vous proposons, une petite série sur les personnes qui ont un rôle, une place particulière dans l’OSE et notamment dans l’organisation de son centenaire. Cette semaine, c’est Alain Violet, en charge des bénévoles à l’OSE, qui répond à  nos questions.

Que représente le centenaire de l’OSE pour vous ?

Un extraordinaire moyen de différenciation et de promotion des actions de l’OSE, en même temps qu’un hommage à l’action historique de l’association : dans peu de temps la shoah ne sera plus qu’un souvenir dans les livres. Ses acteurs et ses bénéficiaires auront disparu.

Quel est votre rôle dans ce centenaire ?

Apporter le soutien et la participation de nombreux bénévoles à la mise en œuvre des actions.

Quelle place tient l’OSE dans votre vie ?

Etant retraité et bénévole, l’OSE est pour moi le maintien d’une activité sociale et la certitude d’apporter enfin à la société une vraie valeur ajoutée.

Quel est l’événement du centenaire qui vous tient le plus à cœur ?

Le grand rassemblement du 1er juillet, carrefour des passés, du présent, et de l’avenir de l’association, comme de ses acteurs et de ses bénéficiaires

 

AVIS DE RECHERCHE DES ANCIENS DE L’OSE

Vous avez été accueilli entre 1970 et 2000 dans l’une des structures d’hébergement (maison d’enfants, placement familial) de l’association  et vous y êtes resté plus de deux ans ? Signalez-vous à votre établissement d’origine. Vous recevrez un questionnaire et participerez ainsi à un meilleur fonctionnement des services de l’Œuvre de Secours aux Enfants.

C’est la première fois qu’une recherche d’une telle ampleur est menée par l’OSE. Son objectif : retrouver ceux qui ont pu bénéficier des structures  d’hébergement de l’OSE (maison d’enfants ou placement familial) entre 1970 et 2000 afin de savoir ce qu’ils sont devenus. Cette étude concerne un peu moins de 1000 personnes au total. « Nous souhaitons retrouver les anciens enfants, retracer leurs parcours et leur demander en quoi leur passage dans les maisons d’enfants a été un levier pour une vie dite satisfaisante ou un obstacle à leur réussite, insiste Richard Josefsberg, directeur de la Maison d’enfants Elie Wiesel, coordinateur de la recherche. C’est très courageux de la part de l’OSE de prendre le risque d’interroger le travail qu’elle a effectué. Peu d’institutions ont engagée  une telle démarche et se sont dotées d’outils adaptés. »

 

Questionnaires et entretiens

Un comité de pilotage de 15 personnes a été mis en place et se réunit tous les mois pour faire le point sur les principales avancées. Il rassemble des représentants de l’Université Paris Ouest Nanterre, du Centre de Ressources Educative et d’Action Sociale (CREAS) et de l’OSE. « À Taverny, souligne Richard Josefsberg, sur 247 enfants concernés, 138 ont été retrouvés et nous avons déjà reçu 60 réponses. C’est très positif, mais cela ne concerne qu’un seul établissement. Il faudra attendre juillet 2012 pour connaître les résultats des autres structures d’hébergement. »

Après une première phase quantitative et l’élaboration de questionnaires anonymes détaillés (état civil, niveau scolaire, vie familiale…), la recherche est entrée dans une phase qualitative qui prend la forme d’entretiens. À terme, la recherche devrait permettre à l’OSE d’avoir une meilleure visibilité sur ses pratiques éducatives et de les améliorer.

 

Vous pouvez donc demander un questionnaire à votre établissement d’origine ou vous adresser au CREAS 8 villa Montsouris 75014 Paris. Merci !

 

Soirée de soutien en faveur de l’orphelinat de Jitomir (28 mars)

Une soirée de soutien, coorganisée par l’OSE et le grand rabbinat en faveur de la maison d’enfants d’Alumim en Ukraine, s’est tenue mercredi 28 mars dans les salons d’Adath Israel (11e arrondissement de Paris). Etaient présents le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, le président de l’OSE, Jean-François Guthmann et le directeur général de l’OSE, Roger Fajnzylberg.

Gilles Bernheim, qui s’est déjà rendu à l’orphelinat de Jitomir, a évoqué le souvenir de ce voyage, en insistant sur la précarité extrême de ces enfants, issus de famille en grande détresse sociale. Puis, un petit film sur l’orphelinat a été projeté.

Au cours du diner, les convives ont donné de l’argent pour aider l’établissement ukrainien. Le Rav Shlomo Wilhelm, qui en est le fondateur, est revenu sur sa mission consistant à sortir les enfants de situation à risque. Il a cité l’exemple d’une petite fille de 7 ans, récupérée par Alumim, et dont la mère était droguée. Aujourd’hui, elle vit en Israël où elle a fondé une famille.

L’OSE, qui a visité cette maison d’enfants il y a 2 ans, apporte son soutien à Alumim.

Vous pouvez faire un don à l’ordre de l’OSE pour soutenir ce projet (en échange d’un CERFA).

Plus d’infos également sur : www.alumim. com

Découvrez sans attendre le programme du rassemblement de Reuilly (1er juillet) !

L’OSE VOUS DONNE RENDEZ-VOUS LE 1ER JUILLET PELOUSE DE REUILLY


Cette journée de rassemblement est un événement fédérateur pour les personnes qui ont (ou ont eu) un lien avec l’OSE : enfants et anciens enfants, familles, sympathisants et partenaires associatifs et au-delà, tous ceux qui ont envie de passer une bonne journée dans une atmosphère champêtre.

Une fête pour toutes les générations

Le rassemblement du 1er juillet s’adresse aux 7 à 77 ans ! Ce sera un moment de fête et de partage articulé autour d’une programmation riche et variée. De nombreuses animations sportives (course, segway…) sont prévues, ainsi qu’une série de concerts et de jeux destinés aux enfants (château gonflable, marionnettes…). Et bien d’autres surprises à venir…
C’est un événement très important du Centenaire de l’OSE, car il permettra aux anciens de se retrouver et aux plus jeunes de montrer leur attache et leur implication dans les actions de l’OSE aujourd’hui. Le rassemblement sera l’occasion de présenter les différents pôles de l’OSE (enfance, santé, grand âge, handicap, mémoire et international) et les actions menées au sein de l’association.
Un des événements phare : la grande course
Une grande course est organisée avant le début officiel des festivités à 11H. Il faut se présenter sur place à 9H après s’être préalablement inscrit. Il y aura deux courses : la 6 km pour les personnes nées avant 1998 démarrera à 10H ; la 2 km pour les adolescents de 10 à 14 ans commencera à 10H45 (cf. programme ci-dessous).
Merci de remplir le formulaire d’inscription en cliquant ici.
Une tombola pour gagner le gros lot !
Les billets sont à 5 euros. Dépêchez-vous si vous voulez en faire l’acquisition et gagner une jolie surprise ! Pour ce faire, vous pouvez les acheter au siège de l’OSE (117, rue du faubourg du Temple, 10e) en demandant Alain Kaisermann au standard ou au Café des Psaumes (16 ter, rue des Rosiers, 4e) en vous adressant à Michael Rapaport.

Découvrez ci-dessous le programme des festivités !

 

PROGRAMME DU RASSEMBLEMENT

LE MATIN

COURSE DU CENTENAIRE

  • 9h : Retrait des dossards
  • 9h30 : Echauffement avec JewSalsa (sur fond de musique latina !)
  • 10h : Début du 6 km (3 tours) pour les plus de 14 ans
  • 10h45 : Départ du 2 km (1 tour) pour les 10 à 14 ans

CONFERENCES

• Des témoignages et débats autour des souvenirs, des actions et des projets de l’OSE

11h15 à 12H : nouvelles découvertes sur la maladie d’Alzheimer de Marc Cohen dans l’espace du Pôle Santé de l’OSE

 

L’APRES-MIDI

• Des concerts dont celui d’Elisa Tovati !

• Spectacles d’humoristes : Popeck est annoncé

TOUTE LA JOURNEE

GRANDE TOMBOLA

• Un gros lot exceptionnel à gagner ! 5 € le billet

DES ANIMATIONS POUR LES ENFANTS

• Château gonflable
•  Toboggan géant
• Atelier bulles avec le collectif Ebullitions et bien d’autres surprises !
•  14H : spectacle de marionnettes Objet Musical Non Identifié de la Troupe des Patarins suivi d’ateliers de création d’objets éoliens

DES ESPACES DE RESTAURATION

• Des spécialités de toutes les cultures culinaires juives


Pour suivre toute l’actualité du Centenaire, connectez-vous au blog spécial centenaire : www.100ansdavenir.org

Rendez-vous sur notre page Facebook : www.facebook.com/OSEfrance

Pessah au placement familial

La Pâques juive a été célébrée un peu avant l’heure au siège de l’OSE, où se  trouve le Placement Familial.  5  jeunes de la maison d’enfants de Draveil étaient invités pour l’occasion par les enfants du PF à partager des galettes. Mais pas n’importe lesquelles, puisqu’il s’agissait de celles réalisées par les enfants eux-mêmes. Revêtus d’une petite toque et d’un tablier, ils ont pleinement joué le jeu avec comme ustensile un rouleau à pâtisserie.

D’autres surprises les attendaient et notamment un spectacle de magie. Les enfants ont suivi religieusement les numéros du magicien, avec son arsenal d’objets curieux.  Pour remercier le placement familial de son accueil, les enfants de Draveil n’étaient pas venus les mains vides, mais avec des cadeaux (DVD, livres…).

L’après-midi s’est clôturée par un goûter. De nombreuses viennoiseries étaient disposées sur le buffet dressé pour la circonstance. Les enfants se sont visiblement régalés ! Ils ont également mangé les galettes concoctées par leur soin un peu plus tôt dans l’après-midi pour finir la journée en beauté.

Ils font l’OSE : Esther Rozenkier, directrice administrative et financière de plusieurs centres de santé de l’association

Esther Rozenkier répond à nos questions. La jeune femme nous livre sa vision du centenaire de l’OSE et parle de son travail au quotidien au sein de l’association en tant que directrice  administrative et financière des centres de santé Elio Habib, Georges Lévy (12e arrondissement) et du CMPP de l’OSE (4e arrt).

Découvrez l’interview d’Esther Rozenkier en cliquant ici.

L’OSE a participé à la 5e Journée du Centre de Victimologie pour Mineurs

Comme chaque année depuis 5 ans, le Centre de Victimologie pour Mineurs propose une journée de réflexion sur un sujet donné. Pour l’édition 2012 qui a eu lieu le 22 mars, le thème retenu concerne « les conduites de l’extrême ». Le CVM, association loi 1901 qui regroupe des services hospitaliers de prise en charge des mineurs victimes, est rattaché à l’hôpital Trousseau. Il a pour objectif de venir en aide aux mineurs victimes, notamment sur la région Ile-de-France. Eric Ghozlan, directeur du pôle enfance de l’OSE, intervient avec Eléonore Regien, directrice du foyer de St Germain en Laye, lors de cette journée du 22 mars sur la question des « Mineurs étrangers isolés, un défi éthique à la protection de l’enfance ».

Cela fait 3 ans que l’OSE est conviée à participer à cette journée d’étude. L’an dernier, elle portait sur « La protection de l’enfant » et avait été organisé en collaboration avec l’OSE.

Cette journée scientifique a lieu à l’amphi Sorel au sein de l’hôpital Armand Trousseau situé dans le 12e arrondissement de Paris.
Le CVM est une structure publique hospitalière parisienne destinée exclusivement aux mineurs victimes d’une agression physique, d’une agression sexuelle, de maltraitance, d’un accident, d’une catastrophe, d’un acte de terrorisme… et à leur famille. Le Dr G. Vila, pédopsychiatre à l’hôpital Trousseau, dirige ce centre. Il participe au Diplôme universitaire « protection de l’enfance » initié par l’OSE en collaboration avec l’université Paris VII.

Plus d’infos sur www.victimologie-mineurs.fr

Roger Fajnzylberg, membre du nouveau Parlement juif européen

A l’initiative de l’Union juive européenne, un parlement juif européen vient de voir le jour aux côtés des institutions traditionnelles de la communauté. Roger Fajnzylberg, directeur général de l’OSE, en est un des membres.

En avril 2011, Igor Kolomoisky et Vadim Rabinovitch, ukrainiens tous les deux,  fondaient l’Union juive européenne (European Jewish Union, EJU), une organisation non-gouvernementale basée à Bruxelles, dédiée à la « promotion de la vie juive en Europe ». Le premier projet porté par l’EJU a donné naissance à la Jewish News One (JN1), une chaîne de télévision lancée en septembre 2011, diffusée en plusieurs langues et bientôt en français.

Le second projet de taille défendu par l’organisation est la création d’un « Parlement juif européen » (European Jewish Parliament, EJP) visant à « rassembler et coordonner les voix des communautés juives et des personnes en Europe de l’Ouest, Centrale et Orientale ».
Sur les 120 députés que compte le Parlement, 12 sont français parmi lesquels Roger Fajnzylberg, directeur général de l’OSE et Pierre Besnainou, président du Fonds Social Juif Unifié. 47 pays européens sont représentés. La première réunion s’est tenue le 16 février dernier dans la capitale belge. L’élection du parlement juif européen avait donné lieu à un vote en ligne auquel auraient participé plus de 400 000 personnes.

Souhaitons longue vie à cette nouvelle institution.

Pour en savoir plus : www.eju.org