Une délégation chinoise en visite à l’ESAT et au CAJ

Une délégation chinoise composée d’officiels de haut rang originaires de Wujiang, grande ville située non loin de Shanghai, a visité l’ESAT et le CAJ le mercredi 30 avril.

Cette visite fait suite à une visite effectuée à l’IME Raphaël en mars 2013. Impressionnée par la qualité du travail réalisé par les équipes du Centre Raphaël, la délégation chinoise a souhaité cette année visiter d’autres structures de l’OSE agissant là encore dans le domaine du handicap. Les membres de cette délégation, qui ont visité les ateliers de l’ESAT, se sont montrés très intéressés par l’intégration de personnes handicapées dans le monde du travail. Ils ont également apprécié l’éventail d’activités proposées au CAJ.

Cette délégation, reçue par Francis Neher, membre du bureau de l’association, Roger Fajnzylberg, ancien directeur général de l’OSE, les directeurs des établissements, Sophie Kharouby et Stéphane Pouillot, ainsi que Emmanuel Darmon, chargé de mission pour l’action internationale, a émis le souhait de poursuivre et d’approfondir les échanges et souhaite que la Municipalité de Wujiang accueille une délégation de l’OSE au plus tard en 2015.

Ouverture du 1er appartement thérapeutique dédié aux personnes polyhandicapées

C’est un projet mûri de longue date qui se concrétise lundi 5 mai, avec l’ouverture d’un appartement thérapeutique pour polyhandicapés. Il s’agit du premier lieu de ce type inauguré en France.

Cet appartement est situé dans un bel immeuble flambant neuf rue de l’Ourcq à Paris. Il accueille 7 adultes polyhandicapés de 20 à 30 ans, dont 6 permanents. Cette « formule » en internat offre de nouvelles perspectives pour des familles bien souvent démunies face au handicap lourd de leurs enfants devenus adultes. C’est un pas vers l’autonomie pour ces derniers.

L’OSE souhaiterait pouvoir offrir d’autres appartements thérapeutiques dans les années à venir.

 

 

salon-masLe salon

P1030768Pièce à vivre

Décès du Professeur Feuerstein

Nous venons d’apprendre la triste nouvelle du décès du Professeur Feuerstein à Jérusalem.

Le Président Jean-François Guthmann, la directrice générale Patricia Sitruk, l’ensemble du Conseil d’administration et des équipes de l’OSE s’associent à la douleur de sa famille et de ses proches.
Reuven Feuerstein, disciple de Piaget, ancien éducateur à l’OSE de 1950 à 1954, bénéficiait d’une aura internationale dans le domaine de la psychologie de l’éducation. Il avait créé en 1993 un institut à Jérusalem. Sa méthode de médiation pour améliorer les capacités cognitives des personnes ayant des troubles de l’apprentissage visait à « apprendre à apprendre ».

Lors de la mission scientifique de l’OSE à Jérusalem il y a quelques semaines, nous avions eu l’honneur de le rencontrer et d’admirer la vivacité et la profondeur de sa pensée.

IMG_1548

« Rire le jour, pleurer la nuit » : parution du nouveau livre de Katy Hazan

Rire-le-jour,-pleurer-la-nuit-exe-couv

 

Lundi 28 avril, Katy Hazan, historienne de l’OSE, a présenté son nouvel ouvrage Rire le jour, pleurer la nuit (Ed. Calmann-Levy) au Mémorial de la Shoah dans le cadre d’une rencontre intitulée « Ecrire pour survivre et ne pas oublier ». Entre 1939 et 1943, sous l’égide de l’OSE, le château de Chabannes dans la Creuse accueille des enfants juifs âgés de 5 à 17 ans. En 1941, un projet est mis en place : la rédaction d’un journal. Il est tenu jusqu’en mai 1942.

Le livre sera également présenté dimanche 6 juillet dans le cadre du café littéraire du Café des Psaumes à 11h30 (16, ter rue des Rosiers).

 

 

 

Yom HaShoah 2014

Jean-François Guthmann, président de l’OSE et Patricia Sitruk directrice générale, ont participé dimanche 27 avril à la cérémonie officielle d’ouverture de la lecture des noms des déportés juifs de France. Six bougies du souvenir ont été allumées par d’anciens déportés et des enfants. Au cours de cette lecture publique ininterrompue de 24 heures, ont été prononcés, un à un, les noms de chaque homme, femme, enfant juif déporté entre 1942 et 1944, convoi par convoi: « ceux dont il ne reste que le nom » (Simone Veil).

Lundi 28 avril, Katy Hazan historienne de l’OSE a présenté son dernier ouvrage Rire le jour, pleurer la nuit au Mémorial de la Shoah dans le cadre d’une rencontre intitulée « Ecrire pour survivre et ne pas oublier ». Entre 1939 et 1943, sous l’égide de l’OSE, le château de Chabannes dans la Creuse accueille des enfants juifs âgés de 5 à 17 ans. En 1941, un projet est mis en place : la rédaction d’un journal. Il est tenu jusqu’en mai 1942.

 

Pour en savoir plus : www.memorialdelashoah.org

 

Découvrez le discours de Katy Hazan au sujet des convois partis de France 

Réservez vos places pour un concert exceptionnel à Deauville !

C’est une soirée exceptionnelle qui vous attend le 8 juin à Deauville. Un grand concert est organisé au Théâtre du Casino par l’OSE au profit des enfants en difficulté, des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, des personnes handicapées, des survivants de la Shoah.

A l’affiche, le pianiste et chanteur yiddish Roman Grinberg, venu spécialement de Vienne et Avi Toledano, grande vedette israélienne.

Il existe 4 catégories de places : 80, 120, 150 et 250 euros.

Vous souhaitez vous inscrire ? Deux possibilités :

–          Libeller un chèque à l’OSE à adresser à : OSE 27 avenue de Ségur, 75007 Paris.

–          Ou vous inscrire en ligne sur www.ose-france.org/deauville

 

A noter : Pour ceux qui seraient intéressés, nous avons un accord dans le cadre de cette soirée spéciale avec les hôtels Barrière de Deauville, Royal, Normandy et du Golf.

 

Plus de renseignements :

E-mail : evenement@ose-france.org

Tél : 01 71 39 70 24

 

Au sujet des convois partis de France par Katy Hazan

1 Quelques chiffres significatifs 

76 000 Juifs sont partis de France en 83 convois d’environ un millier de personnes chacun. Le 84e est parti de Belgique, le 15 septembre 1942 avec des Juifs du nord de la France.

Deux convois,le 50e et le 51e, constitués en represailles contre des officiers allemands, et dont la majorité des déportés venaient de Gurs, sont détournés pour des raisons inconnues à Maïdanek(Pologne). Les deux suivants, le 52e et le 53e de mars 1943 vont à Sobibor (camps d’extermination en Pologne). Quant au 73e convoi, du 15 mai 1944, une partie est dirigée à Kaunas (Lituanie), l’autre à Revel( Estonie).

Le 79e convoi est le dernier à quitter Drancy vers Buchenwald le 17 août 1944, au moment de la libération de Chartes et une semaine avant la libération de Paris.

 

2 Spécificité des premiers convois

La première déportation, du 27 mars 1942revêt un caractère politique : il s’agit de renforcer l’autorité allemande en zone occupée, suite aux attentats commis par des résistants français contre des militaires, en décembre 1941. L’opération est d’ailleurs dirigée par le Commandement militaire allemand (MBF) et non par le service de la Sipo-SD.

– le premier convoi est composé exclusivement d’hommes, Juifs étrangers arrêtés à Paris lors de la rafle du 20 août 1941,ou envoyés de Drancy à Compiègne pendant l’hiver 1941-1942, Juifs français, arrêtés à leur domicile le 12 décembre 1941, et détenus à Compiègne.

– C’est le seul convoi de déportation constitué de wagons de voyageurs 3e classe.

– Ces hommes vont rejoindre les premiers prisonniers polonais et russes pour participer à la construction des baraques de Birkenau.

S’il n’est pas encore question de gazage systématique qui n’interviendra qu’à partir du 7e convoi, avec le premier contingent de la rafle du Vel d’hiv, la mortalité est effrayante : 1008 décès d’avril à août, soit 91,6% en 5 mois de détention.

Le 2e convoi, parti également de Compiègne comprend pour moitié des Juifs arrêtés lors des rafles d’aôut 1941 et un groupe sorti des camps du Loiret.

Les convois spécifiques du « billet vert » partent du Loiret, le 4e et le 6e de Pithiviers, et le 5e de Beaune-la-Rolande. Pour chacun d’entre eux l’embarquement se fait la veille entre 19 et 21h, ce qui veut dire que les déportés dorment dans le train, y compris les femmes et les enfants, arrêtés dans les régions avoisinantes pour compléter les convois.

 

2 le camps de Birkenau

Il est le lieu de destination principal des 76 000 déportés de France. Mais le trajet de la plupart d’entre eux est difficilement représentable, eu égard à la topographie des lieux. Les 3/4 d’entre eux n’ont jamais été immatriculé et n’ont jamais pénétré dans aucun des deux camps, ni Auschwitz, ni Birkenau. La « judenramp » c’est-à-dire leur lieu d’arrivée en 1942 et 1943 n’est pas répertoriée dans le circuit habituel des visites. L’entrée principale la plus connue est celle contruite en 1944 pour l’arrivée des Hongrois. De plus, les principales chambres à gaz et crématoires n’existent plus. Les installations ont été dynamitées par les nazis, avant l’arrivée des Soviétiques, au moment des grandes évacuations dites « marches de la mort » en janvier 1945. L’effacement des traces, prélude au négationnisme est concomitant du génocide.

 

3 Une étude fine des convois partis de France, avec ses rythmes et ses logiques permet de rendre compte de la complexité des lieux, des destins, des différences de nature entre des déportés résistants et « raciaux » et d’aborder l’histoire spécifique de la France.

–          Au sujet des lieux : Ce que l’on appelle improprement Auschwitz est un complexe de plusieurs camps qui n’ont pas les mêmes fonctions suivant les époques et le type de déportés.

Auschwitz I est le mieux conservé et celui que l’on visite le plus. Suivant la terminologie de Raul Hilberg, c’est à la fois un camp de la mort lente (camp de concentration) et un centre de mise à mort (camp d’extermination).

Auschwitz II-Birkenau, à deux kilomètres du premier, est uniquement un camp d’extermination réservé aux Juifs et aux tziganes. Mais d’autres déportés ont pu y séjourner.

Auschwitz III-Monovitz est un camp de travail satellite, comme la Buna, où se trouvait Primo Levi, et comme bien d’autres situés dans un rayon d’une dizaine de kilomètres du premier.

 

– 4100 résistants (sur 86 000) sont déportés dans trois convois particuliers vers Auschwitz-Birkenau (non répertoriés dans le Mémorial de Serge Klarsfeld).

Le convoi dit des « 45 000 » (chiffres correspondant aux numéros matricules) du 6 juillet 1942 ne comprend que des hommes en majorité communistes, otages en représailles des attentats et les 50 derniers Juifs du camp de Compiegne. Les 1170 enregistrés,sont scindés en deux groupes : 50% vont au camp d’Auschwitz I, 50% à Birkenau.

Le convoi dit des « 31 000 » du 24 janvier, constitué de 230 femmes (dont Charlotte Delbot), est le seul à être dirigé au camp de Birkenau.

Enfin, le convoi dit « des tatoués » du 27 avril 1944, est constitué de résistants non juifs qui passent 15 jours à Birkenau et qui sont ensuite transférés à Buchenwald. (le tatouage du matricule n’est pratiqué qu’à Auschwitz)

 

 

4 l’année 1942 au cœur du génocide

la simultanéité des datespermet de comprendre la rapidité du phénomène: 16 et 17 juillet rafle du Vel d’Hiv à Paris, 17 et 18 juillet inspection d’Himmler à Birkenau, 22 juillet grande action de déportation dans le ghetto de Varsovie.

– Le gazage devient systématique à partir de la fin du mois d’août 1942 au rythme d’un convoi tous les deux jours.

– A partir du 20e convoi de France, commencent les transferts des camps d’internement de la zone sud (arrestations des Juifs étrangers dues aux accords Oberg-Bousquet)

– A partir du 24e convoi, de la fin du mois d’août jusqu’à la fin de l’année, on remarque une double sélection, l’une à Kosel où sont enregistrés les hommes valides qui travaillent dans des camps satellites comme Bléchamer (Auschwitz III) , l’autre à Auschwitz-Birkenau.

– L’interruption des convois entre novembre 1942 et février 1943 est due au tarissement et à la mauvaise volonté du gouvernement français qui ne coopère plus comme au début (le vent a tourné après Stalingrad).

– Mais en 1943, on assiste à des rafles de vieillards de l’hospice Rothschild (49e convoi), et d’apatrides par la police française suite à l’attentat du 13 février contre 2 officiers allemands,(50e et 51e convois du 4 et 6 mars 1943). En 1944, le rythme est de deux convois par mois.

 

5 Les nationalités 

L’essentiel des Juifs étrangers viennent d’Europe de l’est, et sont surtout polonais. Il existe des convois spécifiques par nationalité (33e convoi du 16 septembre pour les Juifs lituaniens, lettons et bulgares, 37e et 38e convois de Juifs roumains, 44e et 45e convois des 9 et 11 novembre 1942, pour les Juifs grecs).

Mais on observe la présence de Juifs français (un quart du total) dans tous les convois. Le 39e du 30 septembre 1942 est un petit convoi ne comportant que 211 Juifs, avec beaucoup de Français, certains âgés dont le sénateur et avocat Pierre Masse. Ce transport, dit le télex, « était absolument nécessaire pour des raisons politiques et de prestige, car plusieurs services français ont essayé d’éviter sa mise en marche.» On trouve aussi beaucoup de Français après « l’action Tiger » du 22, 23, 24 janvier 1943 à Marseille dans le 52e convoi.

 

7 Les enfants 

Un gros contingent à la fin du mois d’août est mêlé aux adultes (20 au 24e convois). Il s’agit des 4000 enfants de la rafle du Vel d’Hiv, séparés de leurs parents dans les camps du Loiret, dont certains n’ont pas deux ans. On compte aussi des enfants en familles dans tous les convois. Enfin, un dernier groupe important, en juillet 1944, s’explique par les arrestations dans les maisons de l’UGIF de la région parisienne.

La statistique parle d’elle même : pour la seule année 1942, 1032 enfants ont moins de 6 ans, 2537 ont entre 6 et 12 ans, 2464 entre 13 à 17, 2491 enfants sont d’âge indéterminé.

 

8 Les évasions

On enregistre peu d’évasions à cause des conditions effroyables à l’intérieur des wagons : 62e convoi, 19 évasions dont ceux du tunnel de Drancy, 65e convoi du 17 décembre 1943, 4 évasions, enfin 15 évasions dans le dernier convoi du 17 août 1944. Mais proportionnellement, il n’y a pas plus d’évasions dans les convois de résistants (si on exclut les 45 évasions d’un convoi de Compiègne du 4 juin 1944 et les 54 évadés du « train fantôme » du 4 juillet 1944).

 

9 Drancy (gare de Bobigny)

L’immense majorité des convois partent de la gare de Bobigny, à l’exception des premiers,(jusqu’au 6e)qui partent de Compiègne et des camps du Loiret. Le 8e du 20 juillet 1942 part d’Angers et les derniers de la province : le 78e de Lyon, le 81e de Toulouse vers Buchenwald et le 82e de Clermont-Ferrant.

 

10 Spécificité des derniers convois.

Le 79e du 17 août 1944 est un convoi spécial d’Aloïs Brunner : trois wagons pour lui, un pour la Gestapo, un pour 51 déportés Juifs résistants et des personnalités comme Marcel Bloch (Dassault). Le 80e est un convoi de femmes de prisonniers qui va à Bergen-Belsen, le 81 part de Toulouse et le 84 de Belgique.

 

 

« Rire le jour, pleurer la nuit » : Le nouveau livre de Katy Hazan, historienne de l’OSE, présenté au Mémorial de la Shoah

1193_001

 

Lundi 28 avril (15h30), Katy Hazan historienne de l’OSE présentera son dernier ouvrage Rire le jour, pleurer la nuit au Mémorial de la Shoah dans le cadre d’une rencontre intitulée « Ecrire pour survivre et ne pas oublier ». Entre 1939 et 1943, sous l’égide de l’OSE, le château de Chabannes dans la Creuse accueille des enfants juifs âgés de 5 à 17 ans. En 1941, un projet est mis en place : la rédaction d’un journal. Il est tenu jusqu’en mai 1942.

Lieu : Mémorial de la Shoah
Adresse : 17 rue Geoffroy-l’Asnier, 75004 Paris
Entrée libre sur réservation (tél : 01 53 01 17 42 ou sur www.memorialdelashoah.org).

 

Découvrez le discours de Katy Hazan au sujet des convois partis de France en cliquant ici.

 

L’OSE présentée dans l’émission « La Quotidienne » (France 5)

la-quot

L’OSE était au programme de l’émission « La Quotidienne » diffusée mardi 22 avril à 11h45 sur France 5. Ce magazine télévisé quotidien, présenté par Maya Lauqué et Thomas Isle, est consacré à la consommation et aux nouvelles solidarités. Notre association – et en particulier le pôle enfance – était présentée dans la rubrique « Soyons solidaires ».

Si vous ne pouviez être devant votre poste de télévision, on vous offre une session de rattrapage (la vidéo dans sa totalité est disponible pendant seulement 7 jours) :

http://pluzz.francetv.fr/videos/la_quotidienne.html

Vous pouvez également visionner un court extrait de l’émission.

 

Concept de l’émission : le téléspectateur est invité à donner un coup de pouce, en l’occurrence un don de matériel informatique.

Si vous aussi, vous souhaitez nous aider, il n’est pas trop tard pour le faire… en un clic ! www.france5.fr/emissions/la-quotidienne/a-la-une/l-ose-recherche-des-ordinateurs_232495

 

Merci à l’équipe de « La Quotidienne » pour cette jolie présentation de notre association.

L’OSE présentée dans l’émission « La Quotidienne » sur France 5

 

la-quotidienne

L’OSE est à l’honneur de l’émission « La Quotidienne » diffusée en direct mardi 22 avril à 11h45 sur France 5. Ce magazine télévisé quotidien, présenté par Maya Lauqué et Thomas Isle, est consacré à la consommation et aux nouvelles solidarités. Notre association sera présentée dans la rubrique « Soyons solidaires » et en particulier le pôle enfance.

Au cours de l’émission (et après), les téléspectateurs sont conviés sur le site web de « La Quotidienne » à donner un coup de main aux associations soit sous la forme de bénévolat, soit de matériel. L’OSE a souhaité pour sa part recevoir du matériel informatique.

Ne manquez pas l’émission du 22 avril à 11h45 !

 

Si vous aussi vous voulez nous donner un coup de pouce :

http://www.france5.fr/emissions/la-quotidienne/a-la-une

… et bien sûr à la rubrique « don » de notre site !