L’histoire de l’OSE revue par l’historienne Sabine ZEITOUN

Couv Sabine Zeitoun

 

À l’occasion du centenaire de l’Oeuvre de Secours aux Enfants, association médico-sociale créée en 1912, à Saint-Pétersbourg, en Russie, les éditions L’Harmattan ont publié la thèse revue, augmentée et préfacée par Serge Klarsfeld, de l’historienne Sabine Zeitoun sous le titre Histoire de l’OSE, de la Russie tsariste à l’Occupation en France (1912-1944).

Augmenté de documents d’archives et de témoignages d’acteurs de l’association, non exploités au moment de la publication de la thèse de Sabine Zeitoun en 1989, l’ouvrage apporte un éclairage rigoureux et subtil quant à l’action de résistance et de sauvetage de l’OSE pendant la Seconde guerre mondiale. La création du réseau clandestin dit réseau Garel, d’après le nom de son organisateur, Georges Garel, permit à des milliers d’enfants d’échapper à la déportation.

 

 

Une rencontre chaleureuse autour des mémoires de Georges Garel

Couv GAREL

 

 

La présentation de l’ouvrage de Georges Garel, Le sauvetage des enfants juifs par l’OSE*, publié avec la participation de Katy Hazan, a réuni plus de cent personnes, jeudi 25 avril 2013, au siège de l’OSE.

Cette manifestation s’est déroulée en présence de Jean-François GUTHMANN, Président de l’OSE, Patricia SITRUK, Directrice générale et Katy HAZAN, historienne de l’OSE, avec la participation de Patrick CABANEL, historien et auteur d’une histoire des Justes de France.

La famille de Georges Garel, et tout d’abord Lili, son épouse, résistante elle aussi, leurs enfants et petits-enfants, s’est ainsi réunie pour honorer la mémoire héroïque des acteurs de l’association, aux côtés des descendants des grands dirigeants de l’OSE.

Grand résistant, fondateur du réseau de sauvetage clandestin de l’association pendant la Seconde guerre mondiale, qui permit à des milliers d’enfants juifs d’échapper à la déportation, directeur général, puis président de l’OSE de 1948 à sa mort en 1979, Georges Garel est une figure fondamentale de l’association, dont l’évocation a permis de rappeler les noms et actions des principaux dirigeants de l’OSE pendant la guerre, qui, à ses côtés, ont participé à la mise en œuvre du sauvetage.

Citons Andrée Salomon, responsable aux côtés de Georges Garel du circuit de sauvetage, Joseph Weill, qui confia la direction du réseau clandestin à Georges Garel ou encore Georges Loinger, aujourd’hui âgé de 102 ans, qui organisa les passages d’enfants vers la Suisse.

Cet hommage qui a également permis à Patricia Sitruk de rappeler le sens de cette manifestation pour tous ceux qui aujourd’hui font vivre l’OSE tout en évoquant les liens d’amitié qui l’unissent à la famille de Georges Garel, témoigne avec force de l’extraordinaire vitalité de la grande famille oséenne.

* aux éditions Le Manuscrit, ouvrage disponible à l’OSE

 

 

 

Pose d’une plaque à Campestre, en mémoire de France NICHET qui accueillit 17 enfants de l’OSE en 1942

DSC_0039

Ici présents, Anne CASTILLO, la fille et les fils de France NICHET

 

C’est avec émotion que les enfants de France NICHET ont dévoilé le 11 avril 2013 une plaque commémorative à l’entrée de l’Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique (IPEP), qui occupe aujourd’hui le lieu, sur laquelle est inscrit : « CAMPESTRE  Hiver 1942-1943 France NICHET hébergea 17 enfants  juifs avec le soutien de l’Oeuvre de Secours aux Enfants. Ce groupe est à l’origine de la colonie d’Izieu.« 

Ces enfants seront effectivement emmenés à Izieu par Sabine ZLATIN, assistante sociale de l’OSE, en mars 1943 et formeront ce que l’on a appelé la colonie des réfugiés de l’Hérault.

Cet hommage n’aurait jamais pu avoir lieu sans la tenacité d’Anne CASTILLO, enseignante retraitée (à l’initiative de plusieurs projets de mémoire auprès de jeunes, dont la pièce « les Anges d’Izieu« ) mais aussi de Line ROMERO, présidente de l’association APSH34, dont dépend l’IPEP de Campestre.

L’OSE leur exprime sa reconnaissance pour avoir permis cette commémoration.

 

« Panique sur le ring », une réalisation originale présentée par le groupe éducatif du centre Colette Julien

Film Colette Julien

« Panique sur le ring », une réalisation originale présentée par le groupe éducatif du centre socio-éducatif Colette Julien en présence de Jean-François GUTHMANN, Président de l’OSE, Patricia SITRUK, Directrice générale et Eric GHOZLAN, Directeur du pôle Enfance 

 

En partenariat avec l’association de prévention du site de La Villette, le centre socio-éducatif Colette Julien dirigé par Brigitte ABAHAMI, a mis en place, depuis le début de l’année, des ateliers radio et vidéo.

Présenté le 10 avril devant de nombreux enfants et parents, « Panique sur le ring » – le court métrage muet réalisé par les enfants participants aux activités du centre Colette Julien – est le fruit de cette belle collaboration.

Pendant les vacances et les mercredis, ces 8 réalisateurs en herbe ont pu s’initier à la réalisation de reportages radio ou encore de courts métrages et appréhender tous les aspects techniques liés à cette activité. Cet atelier ludique et éducatif a pour finalité la découverte et l’éducation à la culture.

 

 

 

Colloque « L’accent, traces de l’exil » au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme – Dimanche 7 avril 2013. Une nouvelle collaboration de l’Université Paris-Diderot et de l’OSE

Colloque MAHJPr. Haïm VIDAL SEPHIHA, Céline MASSON, Natalie FELZENSWALBE, Jean-François GUTHMANN et Eric GHOZLAN

 

Organisé par Céline MASSON, Natalie FELZENSZWALBE et Eric GHOZLAN, dans la suite de Shmattès, Panim et la Force du nom, ce colloque a réuni de nombreux universitaires et artistes, parmi lesquels l’écrivain Robert Bobert, les chanteuses Talila et Jacinta ou encore Popeck, ancien enfant recueilli par l’OSE, autour d’une réflexion commune sur la force des accents. Bien plus qu’une simple sonorité liée à une langue, l’accent est un véritable héritage culturel, une trace de notre identité.

« L’accent, traces de l’exil » s’est tenu en présence de Jean-François GUTHMANN, Président de l’OSE, Patricia SITRUK, Directrice générale et Marc COHEN, Directeur du pôle Santé et Autonomie.

 

 

Inauguration de l’exposition Sauver les enfants, 1938-1945 Jeudi 21 mars, à 17h30, galerie Saint-Ravy, Montpellier

devoilementdeplaqueOSE

 étaient présents Philippe Saurel, Conseiller Général de l’Hérault,Paul Niedermann, témoin, Perla Danan, Adjointe au maire, Déléguée au Conseil des Sages, Hélène Mandroux, Maire de Montpellier.

 

L’inauguration de l’exposition Sauver les enfants, 1938-1945 a eu lieu le jeudi 21 mars à 17h30 à la galerie Saint-Ravy, 1 Place Ravy, à Montpellier.

L’inauguration fut précédée du dévoilement d’une plaque commémorative apposée sur le bâtiment 12 bis rue Jules Ferry, à Montpellier, qui abrita, de juin 1940 à novembre 1942, la direction de l’Œuvre de Secours aux Enfants (OSE), grâce à laquelle un grand nombre d’enfants juifs purent être sauvés de la déportation. Étaient présents notamment Hélène Mandroux, maire de la ville de Montpellier, Alain Rousseau, secrétaire général de la Préfecture de l’Hérault représentant M. le Préfet de la région Languedoc-Roussillon, Préfet de l’Hérault, ainsi que Paul Niedermann, ancien enfant caché durant l’Occupation.

 

devoilementdeplaqueose-4

Paul Niedermann, ancien enfant caché durant l’occupation au 12 bis rue Jules Ferry

 

Cet hommage rendu à l’OSE a été suivi du vernissage de l’exposition Sauver les enfants, 1938-1945, présentée par Katy Hazan en compagnie, entre autre, des familles des dirigeants de la préfecture qui, pendant la guerre, ont participé au sauvetage des enfants juifs.

Nous vous rappelons qu’une soirée-débat aura lieu le jeudi 4 avril à 19h, dans la salle municipale Guillaume-de-Nogaret, réunissant historiens et personnalités locales autour de Katy Hazan, historienne de l’OSE, sur le thème du sauvetage des enfants juifs pendant la Seconde guerre mondiale, l’occasion d’en apprendre davantage sur le parcours des dix enfants évoqués dans l’exposition.

Conférence du Pr. Ivan DIAMOND sur l’addictologie – Jeudi 28 Mars 2013

photo

 

Le jeudi 28 mars 2013, l’OSE avec ses partenaires de Maison Blanche, du GHU Nord Psychiatrie & Addictologie et de MAAVAR. a invité le Pr. Ivan DIAMOND, spécialiste international d’addictologie, de l’Université de Californie à San Fransisco pour une conférence: Coke / Alcool : Quelles voies moléculaires pour quels traitements ?  Craving and Relapse in Alcoholism and Cocaine Addiction: A novel Molecular Medecine.

 

Le Pr. DIAMOND a fait  une brillante démonstration de ses recherches sur l’addiction et les traitements existants avant d’engager la réflexion sur l’avenir thérapeutique de cette problématique majeure, en compagnie des différents intervenants présents et d’échanger avec les professionnels de santé et les travailleurs sociaux.