Après Marseille, l’expo « Sauver les enfants » voyage à Lyon (30 octobre – 8 novembre)

L’exposition continue son périple… « Sauver les enfants » posera ses valises à Lyon du 30 octobre au 8 novembre.

Environ 300 personnes étaient présentes à l’inauguration qui a eu lieu le 29 octobre au soir. C’est donc un grand succès pour l’OSE.



 

Infos pratiques :

Centre Berthelot – Salle Edmond Locard
14, avenue Berthelot
69 007 Lyon

Ouvert tous les jours de 10H à 17H30 sauf le vendredi après-midi, le samedi et le dimanche.

> La présentation du film « Le sauvetage des enfants juifs » de Michel Kaptur qui a eu lieu le 30 octobre à 19H30 en présence de Katy Hazan, Historienne de l’OSE et Cindy Banse, historienne.

Espace Hillel
113, boulevard Marius Vivier Merle
69 003 Lyon

Le prix « Clin d’œil » a été remis à l’OSE lors des trophées seniors 2012

La 4e Conférence gérontologique de la Ville de Paris, organisée avec la DASES, s’est tenue à l’Hôtel de ville jeudi 18 octobre. Thème de cette édition : la « Reconnaissance, le soutien et l’accompagnement des aidants  face à la dépendance d’un proche ».

Un prix « Clin d’œil » a été remis par Mme Liliane Capelle, Adjointe au Maire de Paris, chargée des seniors et du lien intergénérationnel au Centre d’accueil de Jour Edith Kremsdorf de l’OSE, pour le projet d’édition d’un livre « Nos tables d’hier ». L’idée est née au cours d’ateliers culinaires rassemblant des personnes âgées atteintes d’Alzheimer, des professionnels et des jeunes bénévoles.

Paul Benadhira, Directeur des Centres d’accueils de Jour de l’OSE et Diana Attia, assistante sociale chargée de la plateforme de répit pour les aidants de l’OSE, étaient invités à échanger avec d’autres professionnels du secteur sur la question du quotidien des aidants.

L’aide aux aidants est au cœur des préoccupations sociétales et des politiques publiques, elle concerne aujourd’hui 3,4 millions de personnes en France.

L’OSE, déjà inscrite dans le plan national Alzheimer, est fortement engagée depuis plus de 12 ans pour accompagner les malades et leur famille, et prévoit de développer sa plateforme d’aide aux aidants tout au long de l’année 2013.

A l’honneur à Marseille, l’expo « Sauver les enfants, 1938-1945 » et une conférence-débat avec Boris Cyrulnik

L’exposition « Sauver les enfants, 1938-1945 »  a été inaugurée à Marseille lundi 15 octobre en présence de Jean-François Guthmann, Président de l’OSE, Roger Fajnzylberg, Directeur général de l’association, Josette Keisermann, Présidente d’Handicap-Amitié Culture et de nombreuses personnalités de la communauté juive de la région dont Michèle Teboul, Présidente du CRIF Marseille Provence. Parmi les intervenants, il y avait aussi Daniel Sperling, Adjoint au maire de Marseille, Avi Assouly, Député. 200 personnes s’étaient déplacées pour l’occasion. Les interventions se sont clôturées par une visite guidée de Katy Hazan, historienne de l’OSE.

Découvrez le reportage diffusé mercredi 17 octobre dans l’édition locale du 19-20 de France 3 : www.pluzz.fr/jt-local-19-20-marseille-2012-10-17-19h15.html

 

CONFERENCE EXCEPTIONNELLE A MARSEILLE :

Une conférence sur le thème « Sauvetage des enfants pendant la seconde guerre mondiale » s’est tenue mardi 16 octobre. Cette conférence-débat était animée par des intervenants de marque : Boris Cyrulnik, pédopsychiatre bien connu notamment pour ses travaux sur la résilience et auteur du livre « Sauve-toi, la vie t’appelle » qui vient de paraitre aux éditions Odile Jacob, Alain Chouraqui, Président de la Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Education, Édouard Robberrechts, Directeur de l’Institut Interuniversitaire d’Étude et de Culture Juive, Nicole Horschowski, Médecin Chercheur qui a beaucoup travaillé sur l’histoire de l’OSE à Marseille. 200 personnes ont assisté à cette conférence d’une grande qualité qui laisse augurer d’une belle semaine.

 

 

AUTRES ÉVÉNEMENTS AUTOUR DE L’EXPO :

Journées « Paroles de témoins »
Lundi 22 octobre et Mardi 23 octobre
2012 de 8h30 à 11h45
et de 13h45 à 16h45
Réservées notamment aux collégiens et lycéens

Conférence Débat
Lundi 22 octobre 2012 à 18h00
Sur le thème « La désobéissance civile
sous Vichy, une exception française ? »
avec Maître Sydney Mimoun.

Soirée de clôture
Mercredi 24 octobre 2012 à 20h00
Présentation du fi lm
« Le sauvetage des enfants juifs »
Avec Katy Hazan,
Historienne de l’OSE.

 

INFOS PRATIQUES :

SALLE DU PARC DU 26ÈME CENTENAIRE, Avenue Jules Cantini 13006 Marseille, Métro Castellane. Entrée libre.

 

Interview de Roger Fajnzylberg dans Actu J : « Une rentrée chargée qui traduit le travail accompli »

L’heure de la rentrée a sonné pour l’OSE qui enchainera ces mois-ci des colloques, une exposition et l’inauguration de deux nouveaux établissements à Paris dans les domaines de l’enfance et du handicap. « C’est une rentrée chargée qui traduit le travail accompli ces dernières années dans les domaines de l’enfance, du handicap, de la dépendance et de la santé. Le Centenaire est intervenu, comme nous le souhaitions, comme un accélérateur de nos projets et un rappel de notre histoire, notamment la reconnaissance par les pouvoir publics de la place de l’OSE dans l’organisation médico-sociale du pays », souligne Roger Fajnzylberg, Directeur général de l’OSE.

 

Actualité juive : Est-ce le Centenaire ou un concours de circonstances mais on a rarement vu une rentrée aussi chargée pour l’OSE ? 

 

Roger Fajnzylberg : C’est une rentrée chargée qui traduit le travail accompli ces dernières années dans les domaines de l’enfance, du handicap, de la dépendance et de la santé. Le Centenaire est intervenu, comme nous le souhaitions, comme un accélérateur de nos projets et un rappel de notre histoire, notamment la reconnaissance par les pouvoirs publics de la place de l’OSE dans l’organisation médico-sociale du pays.

 

A.J. : Beaucoup d’événements à venir illustrent les liens très forts entre l’OSE et les pouvoirs publics. C’est un marqueur important ?

 

R.F. : Ces liens ont toujours existé mais l’OSE a été trop longtemps dans le professionnalisme et la discrétion. Nous sommes toujours dans le professionnalisme mais désormais plus que jamais dans la communication sur nos actions. La discrétion est évidemment au cœur de nos missions, mais nous mettons davantage l’accent sur notre positionnement. Depuis toujours, ce qui caractérise l’OSE, c’est la capacité d’innovation. Aujourd’hui encore, l’OSE n’est pas dans la routine mais dans l’innovation sociale que ce soit dans le domaine d’Alzheimer, du polyhandicap ou de la prise en charge des enfants en grande difficulté et de leur famille. Elle rassemble des professionnels de différents secteurs, des médecins, des psychologues, des pédagogues, des éducateurs, des travailleurs sociaux. Cela fait la richesse des solutions que nous avons été jusque-là en mesure de proposer aux pouvoirs publics. En même temps, nous sommes attentifs à la situation économique et à l’utilisation la plus juste de nos moyens financiers. C’est tout cela l’OSE aujourd’hui.

 

A.J. : Quelles sont vos orientations stratégiques ?

 

R.F. : L’OSE est une association qui a un projet associatif fort et le sens de l’intérêt général. Elle figure parmi ce qu’on appelle les grandes associations. Aujourd’hui, les pouvoirs publics veulent des interlocuteurs fiables, la bonne volonté ne suffit pas. Il faut se professionnaliser, c’est pour cela que nous voulons encore nous développer pas uniquement à Paris mais dans les régions. L’OSE y était déjà dans les années cinquante, mais sa présence en province est de nouveau à l’ordre du jour. Je pense notamment qu’il y a de quoi réfléchir à des projets avec les institutions juives et les Conseils Généraux de villes comme Toulouse, Lyon, Marseille et Strasbourg.

 

A.J. : Comment l’innovation sociale vient-elle aux usagers et à ceux qui en ont le plus besoin ?

 

R.F. : Par le savoir-faire et l’expertise de nos professionnels qui peuvent proposer des solutions adaptées. Mais aussi sans doute par nos établissements. La Maison d’enfants Andrée Salamon ouvrira en novembre pour les adolescents en rupture scolaire. De même la Maison d’Accueil spécialisée pour adultes polyhandicapés. Cela crée des places supplémentaires pour accueillir des familles et des usagers qui en ont besoin. Mon souhait est que nos établissements soient davantage connus par la communauté juive. Dans le domaine du polyhandicap, les familles savent-elles que l’OSE dispose de structures pour enfants et adultes et que nous pouvons leur venir en aide ? Connaissent-elles l’existence de nos plateaux techniques ? Il y a encore des endroits où l’information ne se sait pas.

 

Propos recueillis par Yaël Scemama

 

Octobre, novembre : demandez le programme

 

Quatre événements marqueront le mois d’octobre pour l’OSE. L’exposition « Sauver les Enfants, 1938-1945 » sera présentée aux Archives Nationales jusqu’au 27 novembre. Un colloque, le 18 octobre, au Conseil régional d’Ile-de-France sur la place de l’OSE dans l’élaboration des politiques publiques en matière de protection de l’enfance. Un autre le même jour à la mairie de Paris sur le soutien aux aidants des malades d’Alzheimer. A noter aussi qu’un séminaire européen sur le handicap aura lieu du 17 au 19 octobre. En novembre, deux inaugurations sont prévues. Le 6 novembre, la Maison d’enfants Andrée Salomon (Paris 10e) qui accueille des adolescentes en rupture scolaire et sociale. Et le 22 novembre, la Maison d’accueil spécialisée (MAS) et trois appartements thérapeutiques pour adultes polyhandicapés. La même semaine, le Centre Raphaël, dont la MAS est le prolongement, fêtera ses dix ans.

 

Y.S.

 

L’article en PDF

Sylvain Cuzent du Centre d’Action Sociale Protestant s’inquiète du climat actuel d’antisémitisme

Dans un e-mail adressé à plusieurs responsables d’associations juives dont Roger Fajnzylberg de l’OSE, Sylvain Cuzent, directeur général du Centre d’Action Sociale Protestant, s’inquiète du climat actuel d’antisémitisme et tient à manifester sa solidarité dans le message que voici :

 

« Chers amis,

 

Les informations concernant l’arrestation de personnes qui paraissaient déterminées à s’en prendre à des personnes ou à  des biens de la communauté juive sont inquiétantes et suscitent l’émotion et la peur.

Je veux vous dire à tous trois, et, à travers vous, à tous ceux de vos organisations, ma très sincère et profonde amitié et ma solidarité dans cette nouvelle épreuve.

Je peux vous assurer également que l’émotion est grande aussi au sein de la communauté protestante, et parmi tous mes amis et tous ceux qui m’entourent. Tous ne se manifesteront pas forcément auprès de vous, mais tous sont inquiets et attentifs à ces manifestations de haine antisémite. En aurons-nous fini un jour ?

 

Soyez assurés de mes très chaleureuses salutations et de mon amitié fidèle. »

 

Sylvain CUZENT
CASP
www.casp.asso.fr

Colloque social du 18 octobre: Une fructueuse journée de réflexion

Le colloque « Une spécificité à l’épreuve des politiques sanitaires et sociales : L’Oeuvre de Secours aux Enfants en France, 1934-1991 », organisé par l’OSE avec le CIRCEFT (équipe d’enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation, sociologie et sciences des techniques et activités sportives de l’université Paris 8), s’est tenu jeudi 18 octobre dans l’hémicycle du Conseil régional d’Ile-de-France (57, rue de Babylone, 75007) de 9H à 17H30.

A travers les transformations des structures de l’OSE, les évolutions des savoirs et des méthodes éducatives, les positionnements de l’association face aux enjeux de la communauté juive, c’est l’histoire de la société française qui se dessine. Romain Lévy, adjoint au Maire de Paris chargé de la protection de l’enfance*, a ouvert ce colloque animé par de nombreux universitaires spécialistes de ces sujets. Puis, Jean-François Guthmann, Président de l’OSE, a rappelé que l’histoire de l’OSE pouvait se résumer ainsi : « de l’innovation toujours, parfois de la prescience ».

Les intervenants, sur la base d’exposés très fouillés, ont rendu compte de l’évolution des politiques sanitaires et sociales dans notre pays au regard de l’histoire de l’association.

En conclusion du colloque, Roger Fajnzylberg, Directeur Général de l’OSE, a tenu à souligner qu’il était « très heureux de cette journée. Et de ce qui sera bientôt publié. Nous commençons à reprendre un travail qui est celui de la transmission. Un ensemble de connaissances qu’il faut puiser dans l’histoire ». « Etre juif, c’est aussi travailler dans le sens de la collectivité », a-t-il conclu.

 

* Découvrez le discours de Romain Levy en ouverture du colloque.